L’Année d’Après – Rien de nouveau ?

Pour ce 13e numéro, bizarrement pas d’actus liées à la Saint Patrick, mais un programme assez chargé malgré tout : les brèves habituelles, quelques chiffres pour mieux connaître les marchés de la cachaça et du calvados notamment, un retour sur ce triste anniversaire de la fermeture des bars, du no-lo, un zoom sur la RSE, et même un petit coup de gueule pour conclure.

💡 Si vous n’êtes pas encore abonné(e) à la newsletter et souhaitez recevoir ces actualités en avant-première : RDV ICI 💌 (c’est gratuit !)

⚡ En bref

Côté chai

Barge 166, le chai flottant de Maison Ferrand, a lancé une page Linkedin afin de communiquer sur l’avancée de ce projet. Pour rappel, il offre la possibilité d’acquérir un mini fût de 30L de rhum Plantation ou Cognac Ferrand, lequel passera ensuite quelques mois sur la péniche pour y subir un « affinage flottant ».

Barge 166

Côté enchères

Ca ne vaut peut-être pas un NFT de Beeple, mais quand même. Une bouteille de The Macallan de 1967 avec une étiquette de l’artiste Sir Peter Blake s’est vendue aux enchères pour $437 500 ce 13 mars.

$437 500 en format 70cl

Côté produits

Une tendance Navy Strength (57% vol.) à venir dans les rangs des gins français ? Avem (Maison Mounicq) lance le sien, « Corvus », en collaboration avec la Distillerie Des Moisans.

Un autre trend se confirme sinon, c’est celui des RTD. Un nouvel acteur français est apparu cette semaine : HyBOU Cocktail Co. Derrière cette gamme de 5 cocktails prêts à boire (dont un negroni, un gimlet et un manhattan largement revisités), on retrouve la patte de Pedro Martinez (ex-ambassadeur de la marque Angostura).

La nouvelle gamme de cocktails RTD par HyBOU Cocktail Co.

Crown Royal (Diageo), la marque de whisky canadien, se tourne aussi vers les RTD afin de concurrencer sur ce terrain Jack Daniel’s (Brown-Forman) notamment.

Même topo pour la tendance des arrangés. Après celle de HSE en début d’année, une nouvelle gamme de punch au rhum arrive en avril prochain. Les Arrangés Divins (Dugas), c’est leurs noms, se déclineront en 3 versions : Ananas / Citron Vert, Banane / Caramel et Pomme / Passion.

Côté e-commerce

Le site The Gin Addict a lancé un shop en ligne 100% Gin & Tonic. A date, plus d’une centaine de références sont dispos (dont pas mal de gins français), pour un paquet de combinaisons possibles.

J’en profite d’ailleurs pour inaugurer une petite page « Bons Plans », Gin Addict ayant eu la gentillesse de me transmettre un code de 10% de remise spécialement pour vous 🙏

Côté logistique

Je suis tombé sur une vidéo institutionnelle qui présente la supply chain de La Maison du Whisky. De quoi se faire une idée plus précise du poids du distributeur dans le paysage spiritueux hexagonal. Parmi les chiffres exposés, on y apprend par exemple que ses entrepôts (12 000m² de stockage sur plus de 10m de haut) peuvent recevoir et traiter 290 000 bouteilles en une journée (chiffre du 12 mars 2020) et plus de 1600 commandes (chiffre du 11/03/20) pour son site e-commerce.

🍸 Un an déjà

Samedi 14 mars 2020, la fermeture des bars était annoncée. Un an plus tard, peu de choses ont changé malheureusement. Aussi, l’Union des métiers et des Industries de l’Hôtellerie a lancé une campagne afin de rappeler cette situation et ses conséquences.

Un an déjà… #laisseznoustravailler ✊

De même, si vous êtes sur Paris et voulez soutenir vos rades favoris, Timeout a listé quelques bars qui proposent de la vente à emporter et/ou livraison de cocktails à domicile, tels que Cravan, Sister Midnight, Moonshiner, Animaux Bars (cf. photo en couverture), Candelaria, Copperbay, Serpent à Plume et d’autres.

Si vous-même avez (ou connaissez) un bar qui propose des cocktails en livraison, etc., et notamment en province, n’hésitez pas à m’informer de tout ça par retour de mail.

De son côté, Franck Stassi a publié un point assez complet sur la situation après cette année chaotique, et en particulier quelques éléments pour essayer de se projeter. L’article est intitulé « Malgré la crise, barman reste l’un des plus beaux métiers du monde » et il est assez dense pour que je ne m’aventure pas dans un résumé ici. Il contient pas mal de témoignages de personnalités du monde du bar, je recommande vivement.

En tous cas, à en juger par l’engouement que peut susciter la reprise à venir dans les bars en Grande-Bretagne, il faudra être prêt ! A titre d’exemple, un pub de Leeds a enregistré 700 réservations en l’espace de 5 heures après que le gouvernement ait annoncé une réouverture possible le 12 avril prochain (en extérieur uniquement d’abord).

D’ici là, et si ça peut aider à se sentir moins seul, sachez que l’absurdité n’a pas de frontière. A la Nouvelle-Orléans par exemple, la musique live a été réautorisé dans les bars ce week-end. En revanche, danser n’y est toujours pas autorisé. Certains gérants ont donc préféré ne même pas booker de groupes dans ces conditions.

🔢 Datas

Petits focus à présent sur de nouveaux chiffres que j’ai pu recueillir ces derniers jours, et notamment concernant les marchés de deux catégories de spiritueux dont on a assez peu parlé jusque là : le calva et la cachaca.

Calvados

D’après l’Interprofession des Appellations Cidricoles (IDAC), les ventes de Calvados ont baissé de 17% en 2020, avec 4,2 millions de bouteilles commercialisées l’an dernier. Malgré cela, la catégorie a tout de même connu de jolies progressions aux Pays-Bas (+20%) et surtout au Japon (+75%). Principal bémol sinon : une chute des ventes de 27,5% en France (notre marché représente quand même 44,5% des volumes vendus).

Scotch

Outre-Manche, la Scotch Whisky Association (SWA) a sorti les chiffres concernant ses principaux marchés d’exportations. La France arrive en 2e position en valeur (£375 millions), mais reste de loin première en volumes avec 176 millions de bouteilles en 2020. Les USA sont devant en valeur (£1069 millions) et second en volume (112 millions de bouteilles). Singapour, Taiwan et la Lettonie complètent le top 5.

Cachaça

Côté cachaça enfin, les exportations en 2020 ont atteint les 5 575 461 litres, avec pour principaux marchés (en volume) le Paraguay (26.12%), l’Allemagne (19.79%) et la France (12.50%). En valeur, la France est également en 3e position (11,86%), derrière les US ici aussi (23,41%) et l’Allemagne (13,99%).

🌱 Nouveaux segments

J’ignore si la demande suivra, mais l’offre hard seltzers est définitivement là : pas une semaine ne passe sans une annonce dans ce sens. Aussi, je vous propose un petit focus sur tout ça, avec les toutes dernières infos que j’ai vu passer sur tous ces nouveaux segments.

Ainsi cette semaine, c’est au tour d’Heineken de lancer sa hard seltzer. Son nom : Pure Piraña.

Autre gros brasseur à entrer dans le jeu : Pabst Blue Ribbon. La fameuse PBR a dévoilé des « hard tea seltzer » (4% vol.). Sachant que la marque propose également un « hard coffee » (5% vol.), je crois qu’on a désormais couvert tout le spectre des « hard-quelque-chose » 😅

Après les « hard seltzers », voici les « hard tea »

La tendance RTD touche sinon aussi le sans alcool. L’offre s’enrichit de jour en jour et il existe à présent des cocktails tels que le spritz ou le mimosa en version 0%, ainsi que d’autres recettes originales (dont certaines avec du CBD).

Le site Ivresse y est d’ailleurs aussi allé d’un billet sur le sujet, en présentant d’autres marques de RTD sans alcool (dont certaines françaises). On notera cependant que l’entrepreneuriat en mode wellness esquive parfois quelques recherches de base, et ça n’est pas parce qu’on donne dans le « healthy » qu’on peut tout écrire (e.g. une étiquette « gin tonic » sur un produit qui ne contient pas de gin, c’est pas très « loyal »). Attention donc.

Pour revenir au CBD sinon, ce week-end j’ai pu tester Chilled, l’eau pétillante au cannabidiol du co-fondateur de Mezcal Brothers. J’ignore si c’est un effet placebo ou quoi (j’étais vierge), mais ça m’a plutôt bien détendu à l’heure de « célébrer » l’anniversaire du confinement. Bref, je compte définitivement réitérer l’expérience ! #storytime

Enfin, pour conclure en beauté sur tous ces nouveaux segments « Lo & No », Brand Reveal a réalisé une étude très intéressante sur le sujet. Dans un rapport de 30 pages, l’agence a passé au crible tous ces produits (les lights, les 0.0%, les RTD, les hard seltzers, les boissons au CBD, …) et en a notamment tiré 11 tendances clefs, parmi lesquelles j’ai noté que :

  • La croissance des RTD est estimée à +39% par an d’ici 2022
  • 52% des adultes américains ont essayé ou prévoient de réduire leur consommation d’alcool
  • Les millenials sont les plus réceptifs à tester de nouvelles catégories de produits
  • Des bars sans alcool apparaissent progressivement
  • Au-delà des arguments santé, l’attrait du low / no vient aussi de son coût potentiellement réduit par rapport à l’alcool (mais ça échappe malheureusement à pas mal d’opportunistes encore)

On n’a pas fini d’en parler du coup !

🌍 RSE : quelques initiatives volontaires

Je vous parlais il y a peu de la généralisation de la consigne du verre prévue par la Loi Climat, et du casse-tête qu’elle risquait de poser pour les producteurs de spiritueux français notamment. Un amendement prévoit désormais des exceptions, et plus particulièrement pour les produits exportés hors de France, ou si le bilan environnemental d’une consigne généralisée apparaitrait de toute évidence négatif (e.g. l’exemple du bilan carbone d’une bouteille de Pastis qu’on transporterait sur 1000km juste pour la re-remplir).

Discarded Banana Peel

Si cet amendement est évidemment critiqué par les défenseurs de la Loi Climat, profitons tout de même de l’occasion pour mettre en avant quelques initiatives mises en place volontairement (pas forcément besoin de lois donc) par un nombre croissant de producteurs eco-friendly, à l’instar de :

Dans un autre registre enfin, mais toujours RSE et volontaire, Pernod Ricard a confirmé la mise en place d’un logo interdit aux mineurs sur toutes ses bouteilles. Il s’agit de l’une des « 150 initiatives développées par le groupe afin de promouvoir la consommation responsable ».

🤔 Bullshit marketing 101

Je n’aime pas être médisant, mais ça fait des clics il est des cas où ce n’est malheureusement pas tenable…

Au rayon (bullshit) marketing, après le rebranding de l’eau aromatisée en pseudo « spiritueux sans alcool », j’ai découvert cette semaine une nouvelle « astuce » pour tenter cette fois-ci de vendre des sachets de thé / infusion à 1,33€ pièce 🤯

Pour ce faire, il suffit apparemment de les renommer « infusions pour gin tonic ». Bonus : si vous précisez que c’est vegan, ça passe encore mieux… (même si ça n’a aucun rapport, on est d’accord).

Rien de personnel évidemment, mais franchement, c’est moi ou c’est juste aberrant ?

Aussi, si je peux me permettre une suggestion dans le cas où les milliers de combinaisons gins / tonics existantes ne suffiraient pas : une ou deux gouttes de bitters dans le verre peuvent offrir une infinité de possibilités supplémentaires 💡

C’est tout pour cette semaine. Merci d’avoir lu jusqu’au bout ! Si vous pensez que ça peut intéresser d’autres personnes dans votre entourage, n’hésitez surtout pas à soutenir le projet en partageant tout ça sur vos réseaux ! 🙂

Et si ça n’est pas déjà fait, à vous abonner ci-dessous (c’est gratuit) afin de ne rien rater, et recevoir les prochaines éditions en avant-première, chaque mercredi directement dans votre boîte mail :

Je me tiens pour ma part à disposition si vous avez la moindre question, remarque ou info à partager.