Small batch = combien de bouteilles ? (sur l’Ă©chelle The Rock đŸ’ȘđŸœ)

💡 Si vous n’ĂȘtes pas encore abonnĂ©(e) Ă  la newsletter et souhaitez recevoir ces actualitĂ©s en avant-premiĂšre : RDV ICI 💌 (c’est gratuit !)

Trends & Innovations

Que nous prépare le gin dans les mois à venir ? Imbibe a exploré le sujet et nous donne quelques pistes : des bases alcools plus originales (ie. distillées à partir de lait fermenté ou marc de raisin par exemple), une croissance des gins vieillis en barriques, un développement accru de formes plus anciennes telles que les genevers, ou simplement toujours plus de couleurs.

En parlant de ça justement, arrĂȘtez avec le rose car « orange is the new pink » dĂ©sormais ! On a d’ailleurs pu observer ces derniers temps dĂ©jĂ  quelques dĂ©clinaisons de gins de couleur orange, comme chez Beefeater, Tanqueray ou encore Adnams.

Gin bouchonnĂ© ? La marque portugaise Ginout a annoncĂ© le lancement d’un gin « vieilli Ă  l’envers », ou plus prĂ©cisemment dans un fĂ»t de Porto d’abord, puis infusĂ© avec des bouchons en liĂšge (!) ainsi que des Ă©pices et plantes aromatiques.

Dans un autre registre, Benjamin Kuentz propose une innovation non moins originale et intriguante : un whisky vieilli sous la mer, ou autrement dit, un « Uisce de profundis ». Plus exactement, le maĂźtre assembleur a plongĂ© Ă  20 mĂštres de profondeur, en mer d’Iroise dans le FinistĂšre, des fĂ»ts issus de la distillerie Warenghem. InitiĂ©e en 2018, cette expĂ©rience est dĂ©sormais disponible. Pour y goĂ»ter, il faudra tout de mĂȘme dĂ©bourser 390€. Pour plus de dĂ©tails sur le projet, vous pouvez consulter le papier de Whisky Mag paru dĂ©but novembre, ainsi que la page du financement participatif de cette initiative.

Uisce de Profundis par Benjamin Kuentz

Gala

Pas forcĂ©ment innovant, il est tout de mĂȘme un trend qui lui ne ralenti pas, c’est celui des collaborations entre mĂ©talleux et spiritueux. AprĂšs GWAR la semaine derniĂšre, c’est au tour des groupes Anthrax et Motörhead de dĂ©voiler leurs derniers whiskeys. Le rye « Evil Twin II » pour le premier et le bourbon « Ace of Spades » pour le second, tous deux produits par Hillrock Distillery (Hudson Valley, New York).

Pour aller plus loin, Fred Minnick explique d’ailleurs dans son dernier podcast quelle musique s’accorde avec quel whiskey (ou si l’on dĂ©tourne le sujet : quel whisky offrir selon les goĂ»ts musicaux de la personne).

Gordon Ramsay lance pour sa part lui aussi sa hard seltzer, la bien nommĂ©e : Hell’s Hard Seltzer. Vivement que Philippe Etchebest lui emboĂźte le pas… (ou pas).

Hell’s Seltzer par Gordon Ramsay

Big Data

Pour rester dans le registre people, mais Ă  une autre Ă©chelle, la tequila Teremana de l’acteur Dwayne Johnson (aka The Rock) pulvĂ©rise tous les records. Elle aurait en effet Ă©coulĂ© 300 000 caisses de 9L (12 bouteilles) depuis 9 mois et viserait donc les 400 000 sur sa premiĂšre annĂ©e de distribution (soit plus du double des ventes de Casamigos, la tequila de George Clooney, Ă  son lancement). Pour un projet annoncĂ© comme « small batch », il y a de quoi se poser des questions tout de mĂȘme. Tout The Rock qu’il soit, et avec une perspective de 4,8 millions de bouteilles vendues sur 12 mois, on ne peut que noter la toute relativitĂ© dans notre industrie de l’utilisation de termes tels que « fait main » ou « en petits lots ».

Teremana, la tequila de Dwayne Johnson / The Rock

A titre de comparaison : Cantarelle (Cap Wine & Spirits) a Ă©galement partagĂ© quelques chiffres ces derniers jours : la marque qui propose deux dĂ©clinaisons de son Gin de Provence a Ă©tĂ© adoptĂ©e dans plus de 100 Ă©tablissements CHR, pour une prĂ©sence dans plus de 10 pays, et plus de 15 000 bouteilles vendues en 2020, malgrĂ© le contexte que l’on connaĂźt. Et de son cĂŽtĂ©, Distillerie du Vercors Ă©voque dans Les Echos une production d’environ 10 000 bouteilles de son whisky. Du coup, sur une Ă©chelle de The Rock, il faut dire « nano batch » maintenant ? 😉

Avec tout ça, 2020 ne sera pas peut-ĂȘtre pas une annĂ©e aussi terrible que prĂ©vue niveau business. L’IWSR (International Wines and Spirits Record) a en effet Ă©tudiĂ© 19 pays (dont la France) et estime la tendance Ă  la baisse de la consommation des spiritueux Ă  « seulement » 8% cette annĂ©e, aprĂšs avoir initialement prĂ©vu un dĂ©lin Ă  2 chiffres. Aux USA et au Canada, les volumes de ventes ont mĂȘme augmentĂ© de plus de 2%, et le dĂ©veloppement de l’ecommerce n’y est certainement pas pour rien, avec ici une croissance prĂ©vue de sa valeur de plus de 40%, y compris dans l’Hexagone. Sans oublier l’essor de la catĂ©gorie Ready-To-Drink (RTD). Ceci Ă©tant, tout cela se sera Ă©videmment fait au dĂ©triment des ventes dans le CHR. La reprise risque donc malgrĂ© tout d’ĂȘtre lente, avec un retour aux chiffres de 2019 prĂ©vu d’ici 2024, mĂȘme si les annonces rĂ©centes de vaccins pourraient accĂ©lerer les choses. A suivre.

D’ici lĂ , et alors qu’il n’y a encore aucune certitude de la rĂ©ouverture des bars et restaurants fin janvier en France, quelques chiffres font froid dans le dos cĂŽtĂ© amĂ©ricain . La National Restaurant Association estime en effet Ă  110 000 le nombre de restaurants fermĂ©s dĂ©finitivement au Etats-Unis depuis le dĂ©but de la pandĂ©mie, soit 1 Ă©tablissement sur 6. Plus parlant encore : pour la majoritĂ© d’entre eux, il ne s’agit pas de fermetures de jeunes affaires comme on pourrait le croire. En rĂ©alitĂ©, ces restaurants Ă©taient ouverts depuis 16 ans en moyenne, et certains mĂȘme depuis plus de 30 ans (16% d’entre eux).

CĂŽtĂ© produit, malgrĂ© cette actualitĂ© morose ou encore le Brexit, l’Irish Whiskey Association (IWA) a annoncĂ© que les ventes aux US de whisky irlandais pourraient dĂ©passer celles du Scotch dans la dĂ©cĂ©nie Ă  venir. En effet, Ă  l’instar de la France, l’Irlande voit un nombre croissant de distilleries se dĂ©velopper sur son territoire, grignotant ainsi de plus en plus de parts de marchĂ©s Ă  ses voisins Ă©cossais. Ainsi, alors qu’elle n’en comptait que 4 en 2010, l’Ăźle en repertorie dĂ©sormais pas moins de 38. Autant dire que ça n’est pas demain que Conor McGregor (Proper No. Twelve) arrĂȘtera sa marche du millionaire 😉

Women of Whisky

Pour faire Ă©cho Ă  la campagne Glenfiddich Ă©voquĂ©e la semaine derniĂšre, Distil Ventures accueillait pour sa part en streaming un Women of Whisky Summit avec, autour de Heidi Dillon Otto et la journaliste Becky Paskin, les panĂ©listes suivantes : Ashley Frey (Frey Ranch Estate Distillery, USA), Hil Ying Tse (Whiskies & More, Hong Kong), Julie Bramham (Johnnie Walker, UK), Laura Davies (Penderyn Distillery, Pays de Galles) et Kristy Lark-Booth (Killara Distillery, Australie). Master of Malt revient plus en dĂ©tails sur cet Ă©change de 90 minutes oĂč l’on perçoit plus clairement les biais conscients ou non auxquels ces professionnelles peuvent faire face. Entre autres exemples : les prendre spontanĂ©ment pour des commerciales ou assistantes plutĂŽt que dirigeantes ou productrices, saluer et parler Ă  leurs collĂšgues hommes en premier lors de RDV, les relĂ©guer au statut de femme du fondateur plutĂŽt que co-fondatrices dans les articles de presse, un marketing centrĂ© sur les hommes, et d’autres. A mĂ©diter donc. Et sur une note plus positives, l’Ă©change a Ă©galement permis d’Ă©voquer l’Ă©volution de la situation et des solutions pour faire face Ă  tout cela.

Bon Ă  savoir

Straw Bale (Vacquiers, prĂšs de Toulouse) a lancĂ© son Rye, composĂ© de 70% de seigle et 30% d’orge maltĂ©. Le tout en bio, Ă  l’instar des autres productions de Gilles Victors. Si le produit est dĂ©jĂ  Ă©puisĂ©, il n’en est pas moins l’occasion pour moi d’Ă©voquer une lĂ©gĂšre frustration lĂ©gale : contrairement Ă  ce que La Depeche peut maladroitement suggĂ©rer, ce Rye n’est malheureusement pas officiellement un whisky. Avec ses deux ans de vieillissement, il n’atteint pas les 3 ans d’Ăąge minimum requis par la lĂ©gislation europĂ©Ăšnne pour s’appeler « whisky ». Si cette nouvelle est probablement une excellente chose pour des lobbyistes Ă©cossais, pour ma part je le regrette un peu. Car lĂ  oĂč le bĂąt blesse, c’est que si Straw Bale (avec deux « a ») Ă©tait basĂ©e aux Etats Unis, non seulement son produit pourrait s’afficher comme un vrai whiskey, il pourrait mĂȘme Ă©crire « straight rye whiskey » sur son Ă©tiquette. En effet, si la rĂšglementation y exige un vieillissement en fĂ»ts de chĂȘnes, il n’existe en revanche pas de durĂ©e minimum lĂ©gale (en dehors des deux annĂ©es de vieillissement minimum pour la mention « straight »). Est-ce mieux ou pas ? Equitable entre les marchĂ©s ? Le dĂ©bat est ouvert…

Sinon, si toujours perdu entre ce qui diffĂ©rencie un bourbon d’un rye whiskey, Chris Morris, master distiller de Woodford Reserve, nous re-explique tout ça en 2 minutes chrono.

Chris Morris (Woodford Reserve)

Compétitions

The Bartenders Society 2020 (Saint James / Caraibos) tenait sa finale le 1er dĂ©cembre dernier. C’est Luc Degroux (Joker Bar Ă  Lille) qui a remportĂ© cette 5e Ă©dition lors d’une cĂ©rĂ©monie digitale qui rĂ©unissait les 10 finalistes français.

De son cĂŽtĂ©, aprĂšs une annĂ©e blanche due au coronavirus, Diageo a annoncĂ© la ville oĂč se tiendra la finale 2021 de ses World Class. Sidney, oĂč l’Ă©vĂšnement aurait dĂ» se tenir cette annĂ©e, ne sera pas la ville hĂŽte de cette nouvelle Ă©dition. C’est Ă  la place Madrid qui accueillera les qualifiĂ©s, et ce du 5 au 8 juillet prochain. Concernant le format exact pour y parvenir (ie. en rĂ©el ou en virtuel notamment) et pouvoir prĂ©tendre Ă  la succĂ©ssion de Bannie Kang (vainqueur 2019), les dĂ©cisions devraient ĂȘtre prises en tout dĂ©but d’annĂ©e.

Green Label

AprĂšs l’annonce de l’arrivĂ©e prochaine de bouteilles en papier, Johnnie Walker poursuit ses dĂ©marches environnementales en annonçant aussi un programme visant Ă  planter 1 million d’arbres Ă  travers l’Ecosse d’ici 2025 afin de rĂ©duire son empreinte carbone. A date, 389 000 arbres ont d’ores et dĂ©jĂ  Ă©tĂ© plantĂ©s.

Shopping

Comme il est de coutume en cette fin d’annĂ©e, Vinepair aussi y est allĂ© de son Top 50 des meilleurs spiritueux 2020. Si ça peut vous inspirer 🙂

Sinon, quelques produits qui ont également attiré mon attention ces derniÚres semaines :

C’est tout pour cette semaine. Merci d’avoir lu jusqu’au bout ! Si vous pensez que ça peut intĂ©resser d’autres personnes dans votre entourage, n’hĂ©sitez surtout pas Ă  soutenir le projet en partageant tout ça sur vos rĂ©seaux ! 🙂

Et si ça n’est pas dĂ©jĂ  fait, Ă  vous abonner ci-dessous (c’est gratuit) afin de ne rien rater, et recevoir les prochaines Ă©ditions en avant-premiĂšre, chaque mercredi directement dans votre boĂźte mail :

Je me tiens pour ma part Ă  disposition si vous avez la moindre question, remarque ou info Ă  partager.