Homard m’a pinteR (avec une paille)

Au menu de ce 17e numéro : du gin à la truffe, du Lady Gaga, de la « Marie Bizarre », un petit point sur les prochaines réouvertures, et un producteur de whisky qui pousse la transparence à un niveau incroyable !

Intéressé(e) ? C’est parti !

⚡ En bref

Côté datas

Le whisky japonais a connu une croissance de +60% en volume en France sur un an.

L’engouement pour le mezcal aux USA se chiffre pour sa part à +600% de ventes en 2020 sur la plateforme Drizly 📈

💡 Si vous n’êtes pas encore abonné(e) à la newsletter et souhaitez recevoir ces actualités en avant-première : RDV ICI 💌 (c’est gratuit !)

Côté produits

La Distillerie du Grand Nez lance un gin bio à la truffe !

Le gin bio à la truffe Du Grand Nez

Baileys passe déjà en mode été aux US avec la sortie d’une édition limitée « Colada » à la coco et à l’ananas 🍍

Plus connue pour ses cognacs et liqueurs, la distillerie Merlet & Fils a aussi lancé plus tôt cette année son whisky single malt : Coperies.

Côté No-Low

A l’instar de Grey Goose et sa gamme Essences, le franco-américain Pinnacle Vodka (Beam Suntory) lance « Light & Ripe », soit de la « pas-vodka » (30% vol.) aromatisée abricot, et goyave / citron vert.

Même combat du côté de la néo-catégorie « c-est-pas-du-gin-mais-un-peu-quand-même » : Beefeater complète son précédent « light » et son « Peach & Raspberry » avec le lancement au Canada d’un hybride : Beefeater Botanics (27.5% vol.) aux arômes de gingembre et citron 🍋

Enfin, pour ce qui est du 0.0%, les affaires ont l’air très bonnes pour Gordon’s : sa version sans alcool aurait généré plus de €1 million de ventes en un mois.

Côté business

De jolies perspectives chez Ninkasi également : le Lyonnais lève en effet 3,5 millions d’euros pour bâtir une nouvelle unité de brassage et des chais de vieillissement pour son whisky (10 000 fûts sur 10 ans).

Niveau distribution, les cognacs Leyrat (Domaines Francis Abécassis) sont désormais pris en main par Marussia France.

Côté légal

Le ministère de l’Intérieur a annoncé « la généralisation de la vente d’éthylotests dans les débits de boissons alcoolisées à emporter » à compter du 1er juillet 2021. Les sites de vente en ligne de boissons alcoolisées sont également concernés par cette obligation. De plus, cette mesure devra aussi s’accompagner « d’une obligation d’information sur l’importance de l’autodépistage » (via une affiche de prévention indiquant que des éthylotests sont à la vente).

Côté Marketing

On oublie Elise Lucet et cie, on imagine que la Loi Evin n’a jamais existé, on monte le son, et on applaudit la nouvelle collaboration entre Dom Pérignon et Lady Gaga : the power of creative freedom. A la clef, un spot grandiose qu’on ne verra évidemment jamais officiellement en France, et c’est bien dommage (heureusement, il y a Internet 🤫).

Moins perché (et encore que), Dwayne Johnson persiste et signe : plus de 4 millions de bouteilles de Teremana vendues en un an, c’est du « small batch ». Du moins, c’est ce qu’en dit son merchandising. Mais on lui pardonne (ou pas), c’est pour la bonne cause (et faudrait pas non plus se fâcher avec le peut-être futur président des Etats-Unis) 😬

« Small Batch »

Côté TV

Il sera bientôt possible de brasser de la bière sur Playstation, Xbox et cie. Le jeu s’appelle Brewmaster et devrait être commercialisé l’an prochain.

Brewmaster Beer Brewing Simulator

Un documentaire sur Jack Daniel’s, intitulé « Chasing Whiskey – The Untold Story of Jack Daniel’s », est pour sa part disponible depuis le 9 avril sur les principales plateformes (Apple, Google, Amazon). Malheureusement, il semble y avoir quelques restrictions géographiques pour y accéder (y compris avec un VPN à première vue).

Aussi, en attendant un accès international à tout ça, on peut regarder dans un tout autre style le magnifique sujet publié en début de mois par Konbini News, à la rencontre du bouilleur de cru Gégé la Goutte et de sa « Marie Bizarre » 👌

Côté écolo

Diageo a expérimenté sur son whisky Black & White des bouteilles en verre 100% recyclé, produites avec une empreinte carbone réduite à hauteur de -90%. Objectif à terme : 0 émission de gaz d’ici 2030.

De son côté, West Indies Rum Distillery (Plantation) investit dans une centrale solaire. Là aussi, l’ambition est d’atteindre la neutralité carbone à horizon 2030.

Les panneaux solaires de WIRD

Côté spiritourisme

Face au coronavirus, Noilly Prat et Bénédictine proposent désormais conjointement des tours en visio, le tout agrémenté d’un kit et atelier cocktail.

🍹 Reprise et évolutions

Jusqu’à preuve du contraire, il semblerait que RDV soit pris au 17 mai pour la réouverture de la restauration en France, en extérieur (ie. terrasses) d’abord, avant une reprise en intérieur en juin 🤞

D’ici là, tous les regards seront vraisemblablement tournés vers l’Angleterre où la machine a été relancée ce lundi avec parfois pas mal d’enthousiasme malgré le froid. Nul doute cependant qu’une rechute outre-Manche ces prochaines semaines pourrait remettre pas mal de choses en cause.

A Hong Kong en tous cas, et après 5 mois de fermetures forcées, on ne lésine plus sur les compromis pour pouvoir enfin réouvrir. L’industrie du bar y a en effet accepté une proposition du gouvernement imposant le port du masque en tout temps, y compris pour consommer son alcool, à la paille donc ! 🥤

Des adaptations vouées à se pérenniser ?

Quoi qu’il arrive, certains bars se sont désormais adaptés de manière permanente, ou presque, afin de diversifier leurs sources de revenus et palier à toutes les situations futures. Même si ça ne remplacera évidemment pas leurs activités pré-COVID, l’IWSR rapporte quelques nouveaux exemples d’ajustements opérés par les bars, à Londres en particulier, durant la pandémie :

  • Tayer + Elementary, le bar d’Alex Kratena et Monica Berg, a obtenu une licence de vente à emporter afin de vendre des cocktails en bouteilles et faire de la livraison, mais aussi les proposer sur des sites tels que Master of Malt, The Whisky Exchange ou dans les chaines de magasins comme Selfridges
  • La team du Homeboy Bar a lancé The Bottle Cocktail Shop, un magasin à la fois physique et online
  • Swift a aussi lancé une offre de cocktails en livraison
  • Inception Group a mis en place des évènements en ligne et des boxes cocktails
  • TT Liquor propose des kits de dégustations avec des masterclasses en ligne (avec pour effet de toucher à présent une clientèle internationale également)
TT Liquor propose aussi des masterlasses

Pour rappel, si tout cela vous inspire ou si vous avez déjà une offre similaire, j’essaie justement de référencer tout cela sur un site dédié : missioncocktail.fr. N’hésitez pas à y jeter un œil, à le partager et/ou à y ajouter en moins de 2 minutes votre établissement via ce formulaire.

Se remettre dans le bain

Un peu rouillé ? Pour se préparer à la reprise, Be A Better Bartender a dressé une liste pour offrir le meilleur service client possible le moment venu.

Et histoire de se remémorer le joies du métier, The Drinks Business a écumé Reddit pour compiler les choses les plus bizarres auxquelles ont pu faire face des bartenders durant leur travail, comme par exemple quand :

  • Un client ivre n’a pas réalisé que sa perruque avait glissé
  • Une cliente a commandé très calmement un paquet de cigarettes et un verre de lait (sans glaçons) 🍼
  • Un homme a commandé une pinte pour lui, puis une autre pour le homard (vivant) qu’il tenait dans sa veste 🦞
  • Un autre a demandé s’il pourrait avoir un verre gratuit s’il arrivait a caser deux pièces dans ses narines, et a fini à l’hôpital…

Côté client enfin, si vous redoutez l’effet de la réouverture des bars sur votre summer body, ne vous inquiétez plus ! Pour preuve, un homme aurait perdu plus de 18kg après avoir pratiqué un régime 100% bière durant le carême, soit 230 bières consommées, au rythme de 3 à 5 par jour, pendant 43 jours consécutifs 🍻

#BeerDiet

📱 De la bouteille au web

L’Irlandais Waterford (cf. son approche terroir / « single farm ») a dévoilé un whisky exclusif pour le marché français : Lacken 1.1, en collaboration avec La Maison du Whisky. Il s’agit d’un assemblage provenant « d’ex fûts de bourbon, de chêne neuf américain, de chêne français, de porto et de marsala ».

Jusque-là, pas forcément matière à s’exciter plus que ça. Sauf que fait intéressant, j’ai découvert hier soir à l’occasion d’une masterclass avec son fondateur, Mark Reynier, que la marque indique un numéro « Teireoir » au dos de ses flacons. Il suffit ensuite de le reporter sur le site de la marque pour faire apparaître le CV complet de la bouteille qu’on a en main.

Le « Teireoir » selon Waterford Whisky

Quand je dis complet, c’est en réalité au-delà de toute espérance. Concrètement, les informations associées à ce code sont impressionnantes : dates en tous genre (du maltage, de la distillation, du remplissage, de l’embouteillage, …), qualités du sol où a poussé l’orge, durée de la fermentation (en heures), levure utilisée, liste intégrale des fûts avec leur origine et ce qu’ils ont contenu, durée du vieillissement au jour près, composition de l’assemblage, nom des distillateurs, … et même des documents audio et vidéo !

C’est juste incroyable si vous voulez vous prendre pour un agent de contrôle de la DGCCRF êtes un tant soit peu geek, et on ne peut qu’être admiratif quand on sait combien un tel suivi peut-être pénible à mettre en place.

Bref, si vous souhaitez tester, vous pouvez vous rendre sur la page suivante et entrer le code F036E01-01 qui correspond au Lacken 1.1 justement.

Sinon, dans un esprit similaire, moins complet mais potentiellement plus pratique : Edinburgh Gin a de son côté ajouté un QR Code sur les étiquettes de ses bouteilles. Ce dernier conduit le consommateur sur un mini site contenant une dégustation guidée avec son « head distiller », David Wilkinson, ainsi que des idées de recettes de cocktails.

Au-delà de ces exemples, le champ des possibilités a l’air sans limite (y compris côté prep’ dans les bars peut-être ?) et mérite d’être creusé pour quiconque voudrait level-up 🆙 son niveau de transparence. De plus, la solution des QR code offre une grande flexibilité (ie. le lien peut pointer sur une page spécifique dont le contenu est éditable à l’infini sans avoir à réimprimer de nouvelles étiquettes ou menus dès qu’on souhaite communiquer quelque chose de nouveau), le tout sans avoir à taper des URL à rallonge.

Bref, si vous connaissez d’autres usages des QR codes ou dispositifs similaires dans notre industrie, faites suivre, ça m’intéresse !

📅 Agenda

Stephen Carroll, fondateur de Don Papa, participera à un webinaire organisé par Bottl. le jeudi 22 avril prochain à 10h30.

Enfin, le concours The Bartender Society a ouvert ses inscriptions. La finale internationale est prévue pour les 4 et 5 Octobre 2021 et mettra en jeu pour le vainqueur une gratification de 1000€ et un voyage pour 2 personnes en Martinique 🏝️

The Bartenders Society 2021

C’est tout pour cette semaine. Merci d’avoir lu jusqu’au bout ! Si vous pensez que ça peut intéresser d’autres personnes dans votre entourage, n’hésitez surtout pas à soutenir le projet en partageant tout ça sur vos réseaux ! 🙂

Et si ça n’est pas déjà fait, à vous abonner (c’est gratuit) pour recevoir les prochains numéros en avant-première.

Je me tiens pour ma part à disposition si vous avez la moindre question, remarque ou info à partager. Et de même, si vous recrutez, RDV sur distiljobs.fr pour ajouter vos annonces.