Comment s’en sortent les bars face au COVID

Un paquet de contenus pour vous cette semaine encore, et notamment un petit focus sur les bars face à la pandémie.

💡 Si vous n’êtes pas encore abonné(e) à la newsletter et souhaitez recevoir ces actualités en avant-première : RDV ICI 💌 (c’est gratuit !)

📄 En Bref

Écologie

Absolut Vodka a lancé la semaine dernière son premier prototype de bouteille en papier en Grande-Bretagne et en Suède (2000 bouteilles pour ce premier lot). Pour le moment, et en attendant d’être à 100% organique, celle-ci est composée de 57% de papier et 43% de plastique recyclé.

Absolut Paper

Le gin Silent Pool devrait également suivre cette voie en ce début 2021.

Tout aussi écolo, mais différemment, L’Explorateur du Goût (distributeur de Brockmans Gin, Maca Spiced Rum, Maison Benjamin Kuentz, Mancino Vermouth, Pastis 12/12, etc.) propose une nouvelle option basée sur le développement durable : La Spirithèque. Le concept : une offre de spiritueux rechargeable, sur le modèle du vrac où le client revient chez son caviste avec sa bouteille vide pour la remplir de nouveau.

La Spirithèque

Pommes + Malt

Les 300 distilleries de Calvados se dotent d’une toute nouvelle vitrine numérique (site, Insta, Facebook, …), et c’est très réussi ! À suivre sur DrinkCalvados.com.

La Fédération du Whisky de France a quant à elle mis à jour ses cartes des distilleries et marques. Apparaissent notamment désormais du côté des distilleries productives TOS et Château du Breuil suite aux récents lancements de leurs whiskies.

De bon augure, semble-t-il d’ailleurs, puisque le whisky français (et européen plus généralement) commence à faire parler de lui jusque outre-Atlantique.

Aussi, si vous aimez ce genre de cartes, Whisky Advocate a dressé une liste des toutes nouvelles distilleries qui « secouent » le Scotch depuis 2010. Les connaissiez-vous toutes ?

Taxes EU/US + « Loi Evin » made in USA ?

Moins sexy, le feuilleton sur la guerre douanière entre US et UE se poursuit : une coalition de 72 associations américaines et européennes (dont l’American Craft Spirits Association, Spirits Europe, le DISCUS, et d’autres) a écrit au nouveau président Joe Biden et à la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen afin qu’ils suspendent les récentes taxes sur les spiritueux qui affectent l’industrie de part et d’autre de l’Atlantique. Puissent-ils être entendus rapidement !

À titre d’exemple, tout cela aurait déjà coûté £500 millions au whisky écossais en exportations perdues.

Dans ce billard à 3 bandes, on peut aussi citer des associations telles que Alcohol Justice aux USA qui attaque 2021 avec la volonté de faire au contraire encore davantage croître les taxes sur les spiritueux. Elle menace « Big Alcohol » sur le front de la publicité également (e.g. dans les compétitions sportives de la NBA, NFL, … mais aussi sur les réseaux sociaux, ou encore sur la voie publique), voulant ainsi visiblement aller plus loin encore que la loi Evin en France.

Dans le même temps justement, et pour la première fois depuis 37 ans, il n’y aura pas de pub Budweiser pendant le Superbowl (dans la nuit du 7 au 8 février). La marque a décidé de consacrer l’argent normalement dédié à cela (potentiellement $5,7 millions) à des dons et campagnes en faveur du vaccin contre le COVID-19.

À voir ou à lire

Le magazine gratuit Discard a sorti son 4e numéro avec au programme des articles de Dave Broom, John deBary (PDT, Momofuku), Jake O’Brien Murphy (Callooh Callay, Three Sheets, American Bar), Vijay Mudaliar (Operation Dagger), Georgie Bell (Bacardi) et d’autres. Pour le télécharger, c’est par ici.

Discard #4

TF1 continue de mettre en valeur les producteurs dans ses JT. La chaîne est allée en Bas Armagnac, chez Maison Delord.

Si vous cherchez de l’inspiration pour élever la qualité de vos futurs shootings bouteilles ou cocktails : le YouTubeur Daniel Schiffer a publié une vidéo pour vous (avec du Rémy Martin dedans).

Rémy Martin par Daniel Schiffer

🔢 En Chiffres

L’intérêt du e-commerce dans le domaine des spiritueux ne fait plus aucun doute : aux USA, 44% des acheteurs d’alcool en ligne sont passés par ce canal pour la première fois en 2020 (contre 19% en 2019). Et vu comme 2021 démarre, la tendance devrait se confirmer cette année encore (côté bars aussi – cf. plus bas).

Que vaut le marché des Hard Seltzers ? D’après un rapport de la marque Drty Hard Seltzer (sans doute très objectif 🤔), il pourrait représenter £75 millions au UK d’ici 2023 – contre £10,4 millions actuellement -, avec un marché estimé à 13,7 millions de consommateurs potentiels. Depuis un an, les volumes de la catégorie ont en effet déjà augmenté de 1087% (pour 1,57 million de litres vendus au UK) d’après le bureau d’étude Kantar.

Dans une tout autre ambiance, l’association UKHospitality a dévoilé ses derniers chiffres concernant l’état du secteur de l’hospitalité (dans son ensemble) en Grande-Bretagne : 6000 fermetures définitives ont eu lieu en 2020 à la suite des confinements, et les pertes du secteur ont été chiffrées à £200 millions par jour, avec une chute des ventes de 54% au cours de l’année écoulée.

😷 L’industrie face à la pandémie

Bars vs COVID-19

Justement, comment les bars tentent-ils de survivre à la pandémie ? Des propriétaires de bars aux États-Unis (dont ceux de Leyenda, Mace, et Clyde Common) ont partagé leurs stratégies sur SevenFity Daily. On notera par exemple : la vente de matériel (verrerie, …) et un changement de modèle vers l’épicerie. Mais aussi : la livraison de kits contenant tout le nécessaire pour organiser ses soirées à domiciles (cocktails, verrerie, glaçons, et mêmes décorations), ou encore l’organisation de cours de cocktails, aussi bien en présentiel qu’en ligne, ainsi que de dégustations via Zoom avec la livraison en amont des échantillons prévus.

Le célèbre bar Death & Co (via sa future société mère Gin & Luck Hospitality Group) devrait pour sa part publier un nouveau livre (« Welcome Home » je crois) et lancer sa propre gamme de cocktails RTD.

Plus classiques à présent, les cocktails à emporter se développent dans de nombreux endroits, à l’instar de ce que proposent le Gravity (Paris) ou encore l’Experimental Group à New York.

Côté nourriture sinon, d’autres développent une « dark kitchen » (ou cuisine fantôme) comme le Solera (Paris) qui va désormais exploiter ses cuisines le midi afin de proposer une offre food en livraison.

À Londres, 🔶🟥🔵 (c’est son nom), le nouveau projet bar de Rémy Savage (Le Syndicat / La Commune), Paul Lougrat et Maria Kontorravdis, propose sur son site web des « Monochromes », à savoir des distillats (au rotavap) personnalisés, à base du spiritueux et ingrédient de votre choix. Par exemple, si vous avez envie d’une tequila redistillée avec du houblon citra à 45%, ou carrément un Cognac aux croissants : comme à la SNCF, c’est possible.

Monochromes par « a_bar_with_shapes_for_a_name_ »

Enfin, dernière solution, plus insolite celle-ci : s’inspirer des Dieux du Stade. C’est en tout cas ce qu’ont tenté les équipes des bars La Distillerie, La Raffinerie et La Quincaillerie à Montpellier, en éditant un calendrier 2021… dénudé ! 🤠

Spiritourisme vs COVID-19

Des exemples de l’impact du virus sur les visites de distilleries à présent.

En Écosse, chez Dewar’s par exemple, on parle d’une fréquentation 10 fois moins importante qu’en temps normal.

Pour sa part, la distillerie Buffalo Trace, qui comptait 300 000 visiteurs en 2019, a bouclé 2020 avec 145 365 visiteurs. Il aura notamment fallu faire avec 4 mois de fermeture complète et des mesures sanitaires réduisant de fait les flux de personnes.

Buffalo Trace

Du côté des distilleries artisanales, l’impact est tout au moins aussi significatif, si ce n’est davantage car le poids de leurs boutiques est proportionnellement plus important (pour rappel : 20% à 80% de leurs ventes totales peuvent y être effectuées). Ainsi, 36% d’entres elles aux États-Unis rapportent une baisse de leurs revenus de plus de 25%.

A l’autre bout du monde sinon, face aux restrictions de voyages, les distilleries Yamazaki et Hakushu au Japon proposent quant-à-elles depuis le 21 janvier des visites virtuelles gratuites à 360° grâce à la réalité virtuelle, ainsi qu’à partir du 6 février des visites payantes (24€ environ) avec un kit de dégustation envoyé aux participants et une session de questions-réponses en direct. En revanche, j’avoue que je n’ai pas trouvé les liens exacts pour tester tout ça… Si quelqu’un a ça sous le coude, je suis preneur.

📅 Agenda

Tales of the Cocktail reviendra cette année en version digitale encore, du 20 au 23 septembre. Si vous souhaitez proposer un séminaire à cette occasion, RDV dès maintenant sur cette page.

D’ici là, Algebra, la liqueur de café extra dry, propose dès ce jeudi 4/02 à 18h30 une masterclass sur la page Facebook Spirits Master.

Algebra Extra Dry Coffee Liqueur

Aussi, si vous avez connaissance d’autres masterclasses en live sur Facebook, Insta, YouTube, Twitch, … en Français, comme en Anglais, n’hésitez surtout pas à me les communiquer. Je vais essayer de développer cette partie agenda dans les mois à venir.

C’est tout pour cette semaine. Merci d’avoir lu jusqu’au bout ! D’ailleurs, si vous pensez que ça peut intéresser d’autres personnes dans votre entourage, n’hésitez surtout pas à soutenir le projet en partageant tout ça sur vos réseaux ! 🙂

Et si ça n’est pas déjà fait, à vous abonner ci-dessous (c’est gratuit) afin de ne rien rater et recevoir les prochaines éditions en avant-première, directement dans votre boîte mail :

Je me tiens pour ma part à disposition si vous avez la moindre question, remarque ou info à partager. Et je vous dis dans tous les cas à très vite pour d’autres distil.news !